Paroles aux acteurs -

Didier Mené : " Il faut purger la mêlée"

A un mois de la reprise du TOP 14, une grande majorité d’entraîneurs des clubs professionnels a répondu favorablement à l’invitation de la CCA et de son président Didier Mené. A l’ordre du jour de cette réunion Toulousaine, plusieurs points du règlement avant d’aborder la saison mais aussi et surtout l’arbitrage de la mêlée.

TECH XV : Quel bilan faites-vous de cette réunion d’avant saison avec les entraîneurs ?
D. Mené :
Un bilan très positif, à l’image des précédents rendez-vous estivaux. Tant au niveau de la participation avec 26 clubs professionnels sur 30 représentés, qu’au plan du contenu des débats. C’est bien la preuve que la “discipline“ a pris une place essentielle dans le rugby moderne. Tous les entraîneurs en sont conscients. Nous avons l’habitude de leur proposer deux réunions de ce genre au cours de la saison et nous en tirons tous, arbitres ou entraîneurs, des enseignements importants. J’en ai profité pour leur expliquer le fonctionnement de notre boutique en insistant notamment sur les désignations et sur les “feed back“ (retours) que les entraîneurs doivent adresser à nos arbitres après les matches afin de prolonger “ à froid“ le dialogue, de dissiper les malentendus et parfois même de mettre un terme à des polémiques inutiles.


TECH XV : C’est surtout la mêlée qui s’est encore une fois retrouvée au centre des débats ?
D. Mené :
Ce secteur de jeu préoccupe tout le monde et on en a effectivement beaucoup parlé. Mais au-delà de l’aspect technique (passage aux trois commandements, liaison, position des joueurs..) j’ai voulu placer le débat sur un plan plus philosophique. Avec cette question : que veut-on faire de notre mêlée ? Comment veut on qu’elle soit arbitrée ? Soit on les fait refaire jusqu’à ce que l’arbitre repère le fautif, soit on pénalise rapidement en prenant le premier coupable, y compris dans une formation qui collectivement aurait pris le dessus sur son adversaire. Très clairement, il faut purger notre mêlée. Je suis donc pour une ligne dure par pragmatisme conjoncturel.


TECH XV : Avez-vous senti l’adhésion des entraîneurs dans ce domaine ?
D. Mené :
Oui je le crois. Nous sommes tombés d’accord pour serrer les boulons, tous ensemble, chacun à son niveau. De toute manière, on ne peut pas continuer dans cette voie sauf à vouloir se diriger droit dans le mur. Il faut sortir notre rugby de ce marasme que constitue la mêlée. Je pourrai dire à mes arbitres de se contenter d’appliquer purement et simplement le règlement mais je juge préférable de considérer ensemble le problème. D’autant que cette fameuse mêlée à la Française est montrée du doigt au plan international au point de pénaliser, non seulement nos équipes mais aussi l’arbitrage Français jugé, par un raccourci hasardeux, trop laxiste en la matière. La présence lors de cette réunion de Donal Courtney, manager des arbitres de la Coupe d’Europe, a permis aux entraîneurs de constater que la position de l’ERC dans ce domaine était en adéquation avec celle de la CCA.


TECH XV : Reste le terrain et sa réalité, au fil des journées de championnat.
D. Mené :
Il est primordial de réussir le démarrage de nos deux championnats professionnels dans l’arbitrage de la mêlée. Je vais d’ailleurs insister très fort sur le rôle des triplettes dans ce domaine.
Il faut que les premières rencontres soient exemplaires. J’aurai une réunion téléphonique avec les 21 arbitres concernés par les 7 premiers matches du TOP 14 afin que tous soient mis devant leurs responsabilités. Et nous débrieferons cette première journée lors du stage des arbitres à Tignes. Je le répète, il faut purger la mêlée !